AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

fiction, to reality. ; ft yura.

 :: 
Happy ending
 :: RP Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Sam 22 Aoû - 22:33
Invité
Invité
fiction, to reality.
yura & taecyeon.
(outfit) + Bercé par la douceur du moment, la simple et unique image que pouvait me procurer mon imagination était celle d'une foule en délire, le tout accompagné par les bruits assourdissants de claquement de mains, des cris et des félicitations. Envers qui cela était tourné ? Moi, bien évidemment. Les rêves ne pouvaient que procurer bonheur et satisfaction face à celui qui se retrouvait embarqué au sein des bras de Morphée, transporté au travers de son subconscient. Malheureusement, cet instant de jouissance ultime fut de courte durée. Un bruit assourdissant, puis un cri, et des insultes résonnaient non loin de la pièce dans laquelle je me trouvais actuellement et c'est bien évidemment au travers d'un léger sursaut que je me retrouvais à présent éveillé. Je ne pouvais en aucun cas dénigrer cette expression mécontente que j'arborais face à cette situation qui m'échappait, la personne créatrice de ce raffut ne pouvait être que lui. « Wooyoung. » ; avais-je finalement annoncé tout en haussant la voix afin d'accentuer mon état de mécontentement, le tout ponctué d'une douce insulte à son égard.

Il n'était que dix heures du matin et la fatigue était belle et bien encore présente au sein de mon corps et de mon esprit, j'avais dû rester bien plus longtemps au sein de la salle d’entraînement, et ce, depuis maintenant plusieurs jours de suite. Je manquais peu à peu de force au fil des heures de sommeil perdues et ce gamin ne m'aidait guère à récupérer celles-ci. C'est donc, au travers d'un lourd soupir que je daignais finalement me lever. Glissant lascivement l'une de mes mains au sein de ma chevelure afin d'ébouriffer vaguement celle-ci, je quittais finalement ma chambre afin de rejoindre la pièce principale dans laquelle se trouvait l'un de mes colocataires. « T'es grave, dès le matin, bordel. » ; ajoutais-je. « Range-moi ce bordel, j'vais devoir y retourner. J'ai des trucs à faire, ne m'attendez pas pour manger ce soir. » Clair, net et précis. Je n'avais rien à ajouter et je n'osais en aucun cas me permettre de croiser à nouveau son regard de peur de me voir à nouveau fléchir face à ses mimiques qu’il osait arborer afin de m'amadouer et le laisser obtenir ce qu'il pouvait souhaiter. J'étais impartial là-dessus, et c'est plutôt rapidement que je trouvais à nouveau refuge au sein de mon antre, ou plus communément défini sous le nom de « chambre ».

Rassemblant tel un coup de vent les affaires nécessaires à mes activités de la journée, j'allais être occupé, peut-être un petit peu trop, même. Vêtements confortables en vue d'un entraînement de plusieurs heures avant que je ne puisse paraître des plus présentable. Présentable, je l'avais toujours été, mais cette fois-ci, la situation était différente et je ne comptais en aucun cas attiser la curiosité des personnes que je pouvais côtoyer en me montrant de la sorte. Ainsi, je garderais le secret sur mon activité de l'après-midi.


⊿⊿⊿


Le silence régnait au sein de la salle d'entraînement, seulement le son de mon soufflé saccadé et de mes chaussures crissant contre le sol pouvait se faire entendre. Je devais mémoriser à la perfection ces multiples enchaînements afin d'être fin prêt pour la représentation finale. Les membres seront impartiaux et quémanderont un frôlement de la perfection. Je me devais d'être à la hauteur comme je l'avais toujours été, perfectionniste dans l'âme, mon reflet dans le miroir me laissait connaître mes erreurs afin de corriger celles-ci, et ce, jusqu'à l'épuisement total de mes forces restantes. Je le savais, je ne devais en aucun cas négliger ma santé physique, mais la récompense attendue ne pouvait que me pousser à agir de la sorte, négligeant naïvement les multiples réprimandes de mes connaissances et de ma famille.


⊿⊿⊿


« Merde. » ; avais-je annoncé furtivement avant que mes vêtements ne puissent trouver refuge contre le sol. Il me semblait avoir pourtant mis une alarme sur mon téléphone portable, mais j'avais négligé la batterie de celui-ci et il m'avait lâchement abandonné. C'est donc, au travers de rapides gestes, que mon corps nu trouva refuge sous l'eau déferlante de la douche dans laquelle je me trouvais actuellement. Ôtant toutes traces d'effort, de sueur et de fatigue en un rien de temps, je devais me hâter.

Voilà, dix minutes : top chrono. C'était le temps que je permettais d'avoir afin de me sécher, d'enfiler des vêtements bien plus présentables et de sécher rapidement ma chevelure à l'aide du sèche-cheveux qui traînait là. Peu viril, certes, mais utile. Je n'avais, en soit, jamais été aussi rapide afin de me préparer et je n'en étais pas moins fier du résultat. Je ne pouvais en aucun cas négliger le fait que mon reflet dans le miroir m'offrait une vision guère désagréable, loin de moi d'être narcissique, mais « plaire à soi-même est un premier pas avant de plaire à autrui », apparemment.


⊿⊿⊿


Ayant pris soin de recharger mon téléphone à l'aide d'un chargeur mobile enfouis au fin fond de mon sac, je pouvais finalement prévenir une certaine personne d'un retard éventuel au lieu de notre rendez-vous. Me faire remarquer n'était guère dans mes habitudes, tout du moins, pas lors d'une première rencontre. Bien évidemment, vous avez bien entendu. Une première rencontre. Ceci devait, par ailleurs, être une grande première pour moi. Je ne pouvais en aucun cas négliger les faits passés. Discuter, rigoler, blaguer, se confier, nous étions passés à plusieurs stades avant d'en venir à cette simple et unique rencontre. Le tout ayant été lancé par l'une de mes maladresses. Quel con. Mais le hasard fait parfois bien les choses.

Message écrit : « Je suis désolé, je serais très certainement en retard, je n'avais pas vu le temps passé à la salle d'entraînement, j'arrive de ce pas. Attends-moi.  xoxo »
electric bird.

Revenir en haut Aller en bas
Jeu 27 Aoû - 0:21
Invité
Invité




Yura & Taecyeon
You always have the choice to change or accept your destiny, but you also can choose an other issue.

Ma journée avait commencée sur des ressorts. Réveillée par Hyeri, déjà en train de crier dès le matin, j'avais eu envie de rester au lit toute la journée. Emploi du temps chargé oblige, impossible d'avoir du temps de répit. Appuyée contre le frigo avec mon thé, j'observais le tableau accroché en face du mur où nous notions la répartition des tâches. Pf, c'était encore à moi de nettoyer la salle de bain. Corvée ingrate à mes yeux, je trainais des pieds jusque ma chambre pour pouvoir m'habiller et aller nettoyer cette foutue salle de bain. Ceci fait, nous allions à l'agence pour nous entraîner avec MinAh, qui elle vivait seule. Grognonne, je n'avais pas envie de rire, quand Lee  Hyeri me mettait de mauvais poil, c'était pour une bonne partie de la journée.

  ■    ■    ■

A midi, nous étions toutes essoufflées, incapable de lever le petit doigt. Mon estomac commençait à devenir mécontent de ma négligence. Je devais manger quelque chose, et je n'étais pas la seule à commencer à avoir faim. Décidant de sortir pour acheter de quoi manger, j'en profitais d'être seule pour consulter mon téléphone. Pas de messages. Je m'en doutais. Soupirant longuement, je ramenais de la bouffe que tout le monde s'empressait d'ingurgiter. Moi la première. Cela fait, nous reprenions là où nous nous étions interrompues. C'est vers 16h que nous rentrions chacune de notre côté. Partant rapidement à la douche, je prenais soin de bien nettoyer mon corps et mes cheveux. Je vous passe les détails des filles sous la douche.

  ■    ■    ■

16h30. En peignoir devant ma garde robe, j'essaye de visualiser la tenue adéquate pour une rencontre. Quelque chose de simple, mignon et confortable. Dur. Farfouillant entre mes hauts et mes bas, je finis par choisir ce que je veux, espérant que ça ne fasse pas trop négligé. Mais honnêtement, je n'avais pas envie de choisir une robe alors tant pis. (tenue) Déjà convaincue par mes vêtements, je séchais mes cheveux pour les attacher, et me maquiller. Tâche longue et minutieuse pour nous les femmes qui faisons tout pour vous plaire. Me regardant de haut en bas, je vérifiais que tout était bien. Brossage de dents, parfum, c'était parfait.

  ■    ■    ■

Le bus était bondé. J'avais accepté de venir, mais je devais dire que j'étais nerveuse. Quand je ne connaissais pas les gens, j'étais très timide et le fait de rencontrer quelqu'un pour la première fois me rendait agitée. Ecoutant de la musique en regardant le paysage défiler, je sentis mon téléphone vibrer.

Message écrit : « Je suis désolé, je serais très certainement en retard, je n'avais pas vu le temps passé à la salle d'entraînement, j'arrive de ce pas. Attends-moi.  xoxo »

Je jetais un coup d'oeil à ma montre. Bah, le temps que j'arrive, ça ne serait pas si embêtant. Je répondis rapidement un "D'accord, ce n'est pas grave !" et me reconcentrais sur ma manière d'agir. Ne pas montrer son côté potiche, ni son côté idiot. Dur dur. Yura, tu avais des soucis à te faire. Tu avais beau être une idole, tu n'étais pas moins qu'une fille avec ses soucis, ses complexes.

  ■    ■    ■

Dix-huit heures, le café était presque vide. C'était étonnant, mais je me disais que ce n'était pas si mal. M'asseyant sur une banquette, je demandais au serveur un americano. La caféine et moi ce n'était pas le top, mais de temps en temps, pourquoi pas. Le tic tac de ma montre semblait être interminable. J'étais à la fois impatiente, mais aussi nerveuse. Je m'étais préparée plus ou moins mentalement, mais je ne pouvais sûrement pas prédire ce que la suite nous dirait.

code by Chocolate cookie

Revenir en haut Aller en bas
Jeu 27 Aoû - 15:29
Invité
Invité
fiction, to reality.
yura & taecyeon.
(outfit) + « D'accord, ce n'est pas grave ! » ; ce simple message me redonnait automatiquement le sourire quant à ce simple retard que je pourrais avoir. Perdant ainsi, les moindres doutes concernant le fait que cet acte de ma part puisse énerver cette simple inconnue face à notre première rencontre. Je me hâtais, malgré tout, à rejoindre le lieu de notre rendez-vous.

Au centre de la ville, quartiers nord, au sein d’un simple café se trouvant non loin de là. Il est inévitable que notre choix de rendez-vous avait été un endroit plutôt... Actif et agité. De par l’appréhension concernant la rencontre face à l’inconnu, mais aussi, afin de passer convenablement inaperçu au travers de cette foule de Coréens qui osaient, eux aussi, arpenter les rues de la capitale. Dix-huit heures sonnaient. Un simple regard envers mon téléphone portable et, bien heureusement, la personne ne semblait guère avoir relancé notre conversation au vu d’un retard certain. Je devrais très certainement présenter de plates excuses tout en prenant soin de payer l’addition suite à cela.

Un pas l’un après l’autre, un simple cliquetis se fit entendre suite à mon arrivée et je pouvais distinguer le fait que ce café puisse, pratiquement, être vide. À ma plus grande surprise, d’ailleurs. Et pourtant, je n’abandonnerais pas. Bien au contraire. Je me contentais, simplement, d’ôter ce chapeau niché sur le haut de mon crâne avant que je ne puisse me permettre de faire mon avancée jusqu’au comptoir. Mimant le simple fait de réfléchir quant à ma future commande ; téléphone portable en main, j’osais envoyer un énième message envers mon interlocuteur mystère : « Je viens tout juste d’arriver, comptoir. »

Ceci étant fait, je me contenter de jouer l’ignorant quant aux personnes présentes en ces lieux. Ayant le choix : l’homme assit là, seul, face à son journal, ronchonnant quant aux multiples nouvelles énoncés dans ces articles. La femme, entourée de deux de ses amis haussant à de multiples reprises la voix afin de se faire remarquer comme bon leur semble-t-il. Mais aussi, ce groupe d’adolescents. Et enfin, cette jeune femme, assise, là, café face à elle.

Était-ce donc là une mauvaise blague ? J’aspirais simplement à ce que cela puisse être une simple erreur du destin et que ma compagne se trouvait, peut-être aux latrines, ou alors, peut-être était-ce cette serveuse qui se trouvait à présent face à moi. « Un café, corsé, s’il-vous-plait. » ; ajoutant avec cela, un simple sourire, j’osais croire qu’aucune de ses personnes et ces lieux ne semblaient aucunement avoir mis le doigt sur mon identité. Un véritable soulagement, en soi.



electric bird.

Revenir en haut Aller en bas
Ven 28 Aoû - 20:55
Invité
Invité




Yura & Taecyeon
You always have the choice to change or accept your destiny, but you also can choose an other issue.

Je tripotais nerveusement mon téléphone lorsque je sentis la faible vibration émettre de l'appareil. Je regardais le message et relevais les yeux pour les poser sur un homme. Pas n'importe lequel d'ailleurs. Mes yeux s'agrandissent sous le choc, et je ne sais plus quoi faire. Je ne pensais vraiment pas que cela pouvait être quelqu'un du milieu où je travaillais. Et encore moins toi. Je baissais les yeux sur mon téléphone et répondis nerveusement : "Je suis à une table avec un café."
Avec ce message, impossible de se méprendre. Je reposais le téléphone, et attendais patiemment un mouvement, un geste ou quelque chose. Je n'étais pas assez courageuse pour faire le premier pas. Prenant le temps de boire une gorgée brûlante du café devant moi, je fixais l'imitation bois de la table. Je me rappelais du premier message échangé, par mégarde.  

  ■    ■    ■

Ce jour là, c'était le début de l'été. Il faisait doux et le soleil brillait. Nous étions sorties dehors, car nous avions notre journée de libre. Incapable de tenir en place, j'allais de magasin en magasin, de rues en rues avec mes amies. Puis dans un café, mon téléphone sonne, et je remarque ce numéro inconnu. A ma connaissance il devait se tromper. Poliment j'avais répondu qu'il s'était mépris sur la personne. Et bizarrement la conversation avait enchaînée. Jamais nous n'avions échangé nos noms, ou même nos occupations à part de vagues indices qui pouvaient laisser penser à un métier quelconque. C'était ce genre de relation virtuelle que les jeunes femmes rêvaient. Mais moi, je gardais quand même du recul, car je ne connaissais pas cette personne. Même si au fil du temps nous échangions des mots, cela devenait des secrets, des confidences...J'avais l'impression de m'être rapprochée.

  ■    ■    ■

Je lève de nouveau les yeux. Il me fixe, il m'a vue et je le vois également. Nos regards s'accrochent et je déglutis. Maintenant que nous savions l'identité de l'autre, rester "normal" allait être dur. Je connaissais bien 2PM, j'aimais beaucoup leur chanson, mais nous ne nous étions jamais réellement parlé, même quand nous participions à certains programmes télévisés. Est-ce que l'on arriverait à bien s'entendre, à échanger ces mots, les mêmes que sur ce petit écran tactile ? Je me posais plein de questions à la secondes, mais mon coeur lui n'arrivait pas très bien à suivre le rythme. J'étais nerveuse. Et s'il était déçu ? Déçu de me voir ? Déçu de savoir que j'étais cette personne à qui il parlait depuis déjà plusieurs mois ? Allez savoir, mais j'attendais plus ou moins un signe positif qui montrerait que nous n'étions pas arrivé à ce stade pour rien.

  ■    ■    ■



code by Chocolate cookie

Revenir en haut Aller en bas
Mer 2 Sep - 14:31
Invité
Invité
fiction, to reality.
yura & taecyeon.
(outfit) + Une vibration, café en main, un large sourire planté contre mes lippes et voilà que mon interlocutrice mystère avait pris l’initiative de m’offrir des propos écrits qui me seraient, des plus, efficaces lors de ma recherche concernant son identité. Postée à une table, un café face à elle. Cela réduisait férocement les chances pour moi de me tromper concernant la véritable identité à glisser sur cette parfaite inconnue. Inconnue, qui, en soi, était des plus agréables jeunes femmes avec qui j’ai pu avoir l’occasion de converser uniquement par messages écrits. L’anonymat, il y a du bon, parfois. Malgré tout, ma curiosité semblait en avoir décidée autrement lorsque j’avais pris l’initiative de proposer une telle rencontre. Cela pourrait, à l’évidence, se porter en ma défaveur si je me retrouvais confronté face à une situation qui m’échapperait littéralement, mais au fond de moi, j’aspirais à ne pas devoir ‘subir’ cela.

Un simple regard autour de moi et voilà que je parvins à capter l’intention de l’une de ces jeunes femmes. Malgré tout, et malgré mes réticences, cette jeune femme ne me semblait guère inconnue. Bien au contraire, d’ailleurs. Cette parfaite inconnue ne semblait l’avoir été qu’au travers de ces longs mois de messages écrits puisque, d’un simple regard, je pouvais facilement mettre un nom et une identité sur celle-ci. Yura. Membre à part entière de ce groupe féminin en vogue que bien des hommes adulaient sans conteste : les Girl’s Day. Aussi adorables que provoquantes, ces femmes savaient pertinemment comment jouer avec nos démons intérieurs, ce qui, ne semblait guère déplaire aux membres des 2PM. Bien au contraire, d’ailleurs. Ceux-ci semblaient trouver un certain intérêt pour ces jeunes femmes. Rien d’étonnant, malheureusement.

Un pas en avant, une hésitation, c’est finalement avec ce simple sourire et ma franchise sans nom que j’osais m’approcher de ta personne. Il est vrai que je n’avais jamais été confronté à une telle situation auparavant et je devais bien avouer que cette situation semblait m’échapper. Me filer entre les doigts. Je perdais pied et, ce n’est qu’une fois face à toi que j’osais jouer sur un naturel des plus déconcertants.
« Si je m’y attendais à cela, tiens donc. Kim Ah Young, alias, Miss Yura des Girl’s Day. Je n’aurais jamais pu y croire si tous ces messages envoyés me témoignaient que tu es belle et bien cette inconnue. » ; Une gorgée de ce liquide noirâtre et corsé avalé et voilà que j’osais reprendre de plus belle. « Je dois bien t’avouer que je suis tout de même assez... Surpris et aussi rassuré que cela soit toi. J’avais légèrement peur de me retrouver coincé au sein de ce groupe de jeunes femmes, ou bien, de cette personne âgée qui semble trouvée un intérêt pour les hommes plus jeunes quelle. Bon sang. » Confession faite, un simple ricanement témoignait de cette légère gêne au sein de laquelle je me retrouvais plongé depuis déjà quelques minutes. Doigts crispés sur ce carton contenant ce liquidé que j’affectionnais tant, j’osais détourner mon regard vers tout ce qui semblait trouver grâce à mes yeux : plantes, tableaux, tables, et bien plus encore.

« Alors, déçue ? »
Un jour, j’apprendrais à taire cette franchise. Mais je doute de pouvoir y parvenir de sitôt, malheureusement pour certains.


electric bird.

Revenir en haut Aller en bas
Mar 15 Sep - 13:32
Invité
Invité

Yura & Taecyeon
You always have the choice to change or accept your destiny, but you also can choose an other issue.

Il ouvre la bouche pour parler. Je suis tellement sous le choc que j'ai l'impression que je vais faire une crise cardiaque à tout moment avant qu'il ne parle. Je relève les yeux en écoutant Taecyeon.
  ■    ■    ■

Je lève de nouveau les yeux. Il me fixe, il m'a vue et je le vois également. Nos regards s'accrochent et je déglutis. Maintenant que nous savions l'identité de l'autre, rester "normal" allait être dur. Je connaissais bien 2PM, j'aimais beaucoup leur chanson, mais nous ne nous étions jamais réellement parlé, même quand nous participions à certains programmes télévisés. Est-ce que l'on arriverait à bien s'entendre, à échanger ces mots, les mêmes que sur ce petit écran tactile ? Je me posais plein de questions à la secondes, mais mon coeur lui n'arrivait pas très bien à suivre le rythme. J'étais nerveuse. Et s'il était déçu ? Déçu de me voir ? Déçu de savoir que j'étais cette personne à qui il parlait depuis déjà plusieurs mois ? Allez savoir, mais j'attendais plus ou moins un signe positif qui montrerait que nous n'étions pas arrivé à ce stade pour rien. « Si je m’y attendais à cela, tiens donc. Kim Ah Young, alias, Miss Yura des Girl’s Day. Je n’aurais jamais pu y croire si tous ces messages envoyés me témoignaient que tu es belle et bien cette inconnue. » J'allais répondre, mais il reprit de plus belle. « Je dois bien t’avouer que je suis tout de même assez... Surpris et aussi rassuré que cela soit toi. J’avais légèrement peur de me retrouver coincé au sein de ce groupe de jeunes femmes, ou bien, de cette personne âgée qui semble trouvée un intérêt pour les hommes plus jeunes quelle. Bon sang. »
Je devais en tirer conclusion qu'il était soulagé de savoir que c'était moi. Et moi aussi d'ailleurs, mais quand même, le destin était incroyable. Déçue ? Moi ? Alors là, c'était presque impossible de dire non.
“Je ne suis pas déçue ! Au contraire...Enfin...je veux dire, je suis...étonnée ! Voilà. Il y a quand même 2% de chance de tomber sur un collègue dans ce pays, alors...haha. Le destin fait bien les choses".
Yura, tais-toi. Tu vas finir par dire n'importe quoi. Enfin si ce n'est pas le cas. Ce n'était pas pour rien que l'on m'appelait 'Silly Brain'.

J'esquisse un sourire, histoire de ne pas mettre une ambiance mal à l'aise. En vrai, je l'étais, ou plutôt intimidée, mais réellement, je devais bien admettre que le fait d'avoir parlé, confié des secrets, des malheurs et des colères à Ok Taecyeon pendant des mois sans savoir que c'était bien cette personne, je me sentais presque honteuse. Rassurée, parce que ce n'est pas un psychopathe. On aurait pu me prendre pour une parano, mais on était plus à l'abris de tout ici, surtout pour des personnalités comme nous. "Eeh, je suis sûre qu'elle aurait appréciée cette dame si elle était tombée sur un jeune comme toi" dis-je en essayant de plaisanter. Ou pas. Décidément, j'arrivais à m'afficher en moins de cinq minutes. " Et toi ? Tu es déçu ?" m'étais-je risquée en mordant ma lèvre inférieure. Même si j'étais certaine qu'il répondrait par galanterie que non. Mais je tenais à ce qu'il dise le fond de sa pensée, comme ce qu'on faisait par téléphone.


code by Chocolate cookie

Revenir en haut Aller en bas
Jeu 17 Sep - 16:25
Invité
Invité
fiction, to reality.
yura & taecyeon.
(outfit) + Un fin sourire planté contre mes lippes, je me contentais d'observer avec une certaine attention mon interlocutrice tout en me contentant « d'analyser » avec un certain amusement chacun des propos que tu osais tenir à mon égard. À l'évidence, tu ne semblais guère déçue concernant la révélation de mon identité et du fait que je puisse être cet homme avec lequel tu t'es permis d'échanger bien de multiples conversations, confessions, secrets, et bien plus encore. C'est donc, non sans mal, que j'osais hocher la tête d'une manière négative avant que mon regard ne puisse être porté vers ces jeunes gens installés à nos côtés. Bien heureusement pour nous – pour l'instant – nous ne rencontrions aucun problème concernant le simple fait de pouvoir être vu l'un, attablé aux côtés de l'autre. « Je pense que tu peux le voir sur mon visage ; je suis loin d'être déçu. Et je ne vais pas me manquer de le dire aux membres du groupe, uniquement pour les faire rager. Puisque, après tout, les Girls' Day ont une certaine popularité auprès des groupes masculins. Mais je doute que cela puisse être un secret à vos yeux, hein. » Au travers d'un simple ricanement, je me contentais de frapper délicatement contre la table afin de démontrer ce léger sentiment de joie et d'hyperactivité qui s'emparait de ma personne au fil de cette après-midi.

« Comme quoi, la chance peut parfois se permettre de glisser de notre côté. » Ceci étant dit, j'osais t'offrir un énième sourire avant que celui-ci ne puisse être caché au travers de cette simple tasse à café ayant trouvé refuge contre mes lippes. Déglutissant avec une certaine satisfaction ce liquide noirâtre que j'affectionnais tant, ce n'est qu'après un léger silence que je repris de plus belle. - Parlais-je trop ? - « D'ailleurs. Miss, tes collègues sont au courant de cette rencontre ? Ou simplement au courant que tu discutais avec un bel inconnu tel que moi ? Ahah. » ; curiosité, quand tu nous tiens. Mais, je devais bien avouer que je souhaitais connaître l'idée que tu aies pu avoir touché quelques mots concernant ma personne auprès de ces jeunes femmes partageant à présent ton quotidien depuis quelques années, maintenant.

D'ailleurs, en parlant de cela, je me contentais de garder mon téléphone portable au creux de l'une de mes mains libres afin de malgré tout prêt à répondre si le moindre problème osait surgir lorsque je semblais vulnérable. Puisque, après tout, autant, nous pouvons passer inaperçu actuellement, je doute que cela puisse persister fort longtemps.

Je le sentais, je l'imaginais, j'aspirais à protéger malgré tout cette jeune femme si le moindre problème osait pointer le bout de son nez.
electric bird.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
V.I.U.  :: 
Happy ending
 :: RP
-